• Ben voilà. La première est passée.
    Je constate que la critique qui complète l'article de présentation que j'ai mis en lien hier n'apparaît pas sur le site. Je vais donc la recopier ici. D'autant qu'elle est bonne. Pourquoi s'en priver ?

    Troublant
    "Sur un pont par grand vent" est encore une de ces pièces qui giflent le spectateur. Elle commence tout doucement, l'air de rien. Puis, les mots de Bastien Fournier, dits avec clarté par les comédiens, prennent une tournure crue. Ils claquent avec violence.
    Des mots qui, au fil des monologues, racontent un crime vieux de vingt-cinq ans. Des mots pour crier les maux de ces personnages qui ont tous souffert de cet assassinat.
    L'émotion atteint son paroxysme lorsque la meurtrière - interprétée par Olivia Seigne - décrit et revit la scène du crime. Frissons dans l'assistance. La comédienne est parfaite dans ce rôle. Sa voix, profonde et troublante, donne vie aux images du drame. D'ailleurs, toute la distribution est bien choisie. Aucune fausse note dans l'interprétation des personnages. Fred Mudry, qui joue l'inspecteur, est plus que crédible. Il capte l'auditoire en une fraction de seconde. Idem pour René-Claude Emery, qui joue un aventurier blasé, ou pour Laurence Morisot, plus vraie que nature en soeur hospitalière. Le jeu des comédiens est si juste que le spectateur en oublie les masques collés sur leur visage. Et le texte prend toute son ampleur. Une pièce qui explore l'âme humaine.

    Christine Savioz

    Et vite encore avant de conclure ce lien vers l'émission de Canal9. Bastien Fournier et moi-même y sommes reçus sur le plateau d'Actu.
    Enfin si vous avez le courage de patienter un peu. On n'intervient qu'aux 2/3 de l'émission.


    votre commentaire
  • Et voilà, on y est sur ce pont dont je vous rabats les mirettes depuis peu. Espérons qu'il tiendra le choc de la tempête qui s'annonce pour ce soir.

    Sinon je signale un article paru sur le Nouvelliste d'aujourd'hui. La journaliste Christine Savioz a assisté à des instants de répétition et à un filage qui lui ont permis de rédiger une critique en amont de la première - puisque comme vous le savez déjà, celle-ci aura lieu tout à l'heure. Je trouve la démarche vraiment pertinente. D'autant plus lorsque nous ne pouvons jouer que quatre fois.
    Même dans un cycle de représentations courant - une à deux semaines - les critiques interviennent souvent trop tard (enfin si elles sont bonnes) et sont davantage utiles à la post production et la planification d'une potentielle tournée qu'à la promotion des représentations en cours.

    Mes remerciements à Christine Savioz.


    1 commentaire
  • Le jour de la première se rapproche à grande vitesse. Cette boule au ventre si caractéristique et qui ne manque jamais d'accompagner ce genre d'événement manifeste sa présence de manière croissante. Bastien Fournier continue de rédiger ses décomptes rendus dont je vous donne une nouvelle adresse que celle révélée précédemment. Sur l'adresse précédente il en manque certains tandis que sur son site tout y est. Dans leur ordre de parution et d'un accès facile.

    Faites-y un tour. C'est un régal.


    votre commentaire
  • Bastien Fournier, l'auteur de "Sur un pont par grand vent" ne sait comment tromper sa fébrilité croissante face au décompte décroissant des jours qui nous séparent de la première. Il publie donc sur le site Valais-Mag son décompte rendu de l'avancée des choses.

    Ce qui évidemment nous autres, nous amuse beaucoup.

    Je signale en outre un deuxième teaser - terme que je viens d'apprendre ces jours-ci et que j'espère avoir orthographié correctement - toujours de Christelle Magarotto. Et cette fois-ci et si vous êtes concentrés, vous pourrez même voir nos gueules.


    votre commentaire
  • Nous travaillons en ce moment sur la prochaine création de la Cie Mladha : Sur un pont par grand vent de l'écrivain et dramaturge valaisan Bastien Fournier.

    Christelle Magarotto en a fait une bande annonce plus que sexy à laquelle je vous convie.

    Cela se jouera (comme vous pouvez le lire sur le flyer reproduit plus haut) aux Halles de Sierre du 4 au 7 mars.

    Venez-y donc !

    Nondidiou !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique