• Stieg Larsson : Millenium 1 / Les hommes qui n'aimaient pas les femmes

    Première expérience de roman audio. Celui-ci est lu par l'acteur belge Emmanuel Dekoninck. J'avais auparavant écouté "Entrer en philo" de Jean-Paul Jouary. Toujours à la même occasion, à savoir ma néo-pratique sportive, solitaire et fastidieuse en salle. C'est tout ce que j'ai trouvé pour remplacer mon cours d'aïkido qui comme toute activité sportive avec enseignant se pratique exclusivement le soir, au moment où les gens normaux peuvent s'y rendre. Ces salles déprimantes aux vélos alignés et autres instruments de torture sont les seules à pratiquer un horaire continu.
    L'encrassement consécutif à la vie dissolue des après spectacles exigeait de toute urgence à mes poumons et à mon coeur une considération minimale. Comme la simple perspective de fréquenter ces lieux voués au culte du corps me révulsait au plus haut point, y subordonner une lecture auditive me parut par contre un compromis envisageable. Grand bien m'en fit.

    Si j'ai trouvé "Entrer un philo" quelque peu fastidieux - dû à l'austérité du sujet, "Les hommes qui n'aimaient pas les femmes" fut magiquement salvateur. Ce genre de littérature est du pain bénit pour une écoute accessoire. Si cela peut m'irriter ou m'impatienter en lecture, en revanche le rythme de son écoulement et la qualité de son style furent on ne peut plus adéquats en la circonstance. Et même mieux, je dirais que j'ai pu en faire une lecture physique, les mots trouvant répercussion immédiate dans ma corporéité. Ou plutôt, mon corps mis à contribution de diverses façons influençait également la captation de l'intrigue. Et tous deux se nourrissaient à merveille m'égarant dans une perception nouvelle et particulière. Les traités philosophiques, malgré toutefois la simplicité de celui de Jouary, sont par trop cérébraux pour que cet échange puisse s'opérer alors qu'une histoire vécue par des êtres vivants, aux émotions tangibles, à la chair palpable est rendue plus réelle encore. (Qu'on m'explique pourquoi on s'évertue à enregister tant de débats philosophiques ou de monuments littéraires !) Le roman de gare, à supense, à l'écriture fluide et efficace se prête sans aucun doute d'idéale façon au livre audio. En tout cas mon objectif fut plus qu'atteint : je me réjouissais de me rendre dans cette salle impersonnelle et sordide pour pouvoir entendre la suite de l'aventure de Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :