• Une main

    Une main - est-ce la tienne ? - a essuyé la vitre.
    Le chat ronronne (il n'y a plus de buée).
    Je vois à nouveau mon reflet et je puis enfin me taire.
    Quelqu'un d'autre plus tard parlera à ma place
    quelqu'un d'autre demain se suicidera à ma place
    quelqu'un d'autre à l'autre bout du monde
    t'aimera à ma place.
    Quelqu'un a piétiné des fleurs dans un champ voisin et nous n'en avons rien su.
    Quelqu'un s'est pendu dans un arbre proche tandis que nous faisions l'amour.
    Depuis combien de saisons n'avons-nous plus fait l'amour ?
    Depuis combien de vies ?
    Quelqu'un a accroché son chapeau à un clou.
    Quelqu'un a jeté sa mainson dans une poubelle.
    Quelqu'un a fui son rêve et son rêve l'a rejoint.
    Je dors au fond d'un nid d'araignées velues
    depuis que tu as franchi ces mers (combien de mers ?)
    ces caps ces ciels ces distances qui n'abolissent rien
    qui se mesurent en mots radiés de la liste des joies pures
    et des tendresses nouvelles.
    Qu'ai-je encore à te chercher la nuit et même en plein jour
    et même en plein été
    dans ce chaos d'étoiles
    dans ces prismes éclatés ?
    Te chercher quand il faudrait courir
    courir jusqu'au bout de la nuit
    jusqu'au bout du temps
    Jusqu'au bout du rêve et de la raison...

    Vital Bender


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :