• Me suis pris à rêver (et ne me suis pas tapé sur les doigts)

    à celle que je sais. Celle du venir.

    Elle sera debout et nue. Dans la lumière orangée des renouveaux. Je serai debout et nu. Dans l'arêne d'un cirque lunaire. Herbe verte et courte. Portés par la terre et ouverts sur le ciel, par ses barrières concentrés.

    Les yeux légèrement clos, juste pour percer l'enveloppe. Nous ne nous toucherons pas. Seule la force de l'attraction. De moi vers elle. D'elle vers moi. A sentir. A respirer. Ni de chaleur, ni de fraîcheur. Juste le vent de la caresse. Celui de la vie.

    Elle aura un an. En aura mille. La corne sur la plante. Le soleil dans la peau. Le ventre germinal. J'aurai mille ans. En aurai un. Le sexe éveil. Le derme épais. la racine fluante. 

    Attente. Brûlure. Gerçure. Appel. Souffle. Soif.

    Contact.

    Juste du sens.

    Avalanche de sens. 

    Yeux ouverts. Grands. Dans l'en face. Tout au fond. Les univers. Immenses. Infinis. Pleins. Néant. Connaissance.

    Reconnaissance.

    Puis les mains. Puis les lèvres. Silence...


  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Avril 2007 à 10:15
    Elle existe
    j'en suis certaine... Mais elle ne sera sans aucun doute pas aussi parfaite et l'instant ne le sera pas non plus. Cette perfection onirique de souffre pas de se confronter à la vraie vie.
    2
    Vendredi 20 Avril 2007 à 15:29
    Ne parle pas de Calamity
    De quelle perfection s'agit-il ? Elle est sans âge, sans beauté, sans moi ;-) Juste un don simultané. Après bien sûr, il y a le bruit et l'odeur... En tout cas dès que cela sera je t'en aviserai personnellement.
    3
    Samedi 21 Avril 2007 à 13:57
    ôoo
    miam, j'aime ces mots
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :