• Les jours se sépareront des jours par plaques blanches dans un déferlement de poussières radioactives (si cela avait lieu, nous hurlerions de joie !) Les jours se morcelleront comme de la diatomite sous les rayons laser et tout redeviendra comme avant, comme si rien n'avait jamais été différent ni essentiel, comme si nous nous étions toujours aveuglément aimés - sans nous arracher à cette terre dans laquelle peu à peu nous avions pris racine - aimés, éperdument aimés... Oh ton corps dissous, ton âme portée par ces courants ténus... non fiançailles tardives, non initiales gravées sur ces troncs entre lesquels plus personne (hormis toi et moi) ne passait plus à ces heures déjà roses que nous avions toujours crues suspectes comme nous suspections en rentrant la tête dans les épaules l'avenir quand le vent rabattait le volet que nous ne prenions plus la peine de fixer dans tes cheveux ou derrière la remise en hiver, tous ces hivers sans neige que nous traversions d'un bout à l'autre pour essayer d'atteindre cet horizon qui reculait, qui reculait avec des bondissements si imprévisibles que nous éclations de rire malgré tout. Les arbres et leur féminité prouvée, les avions et leur membre en érection à travers les moisissures de feu et les vapeurs de sodium. Mon immortelle... Regarde ! Au-delà de ma cécité usuelle, les jours et les nuits ont les mêmes terminaisons nerveuses.

    Vital Bender


    votre commentaire
  • L'eau monte comme le corps d'une femme qui va jouir.
    Un autre voyageur perdu se souvient.
    Il a besoin de se vider.
    Il se vide.
    Par gerbes.
    Puis par saccades.
    Lève les yeux au ciel pour s'accrocher à ce morceau de lune
    ce croissant sec...
    La nuit tout autour comme une tasse de café renversé.
    L'eau monte.
    Pourquoi ne lui a-t-elle pas écrit ?
    Pourquoi les grains qui pourrissent ?
    Les grenades qui explosent ?
    C'est une autre guerre qui éclate.
    Il n'y aura pas de survivants
    (la terre appartient à ceux qui ont soif)
    plus de destination
    plus de source.
    "Corps gracieux
    pourquoi m'as-tu abandonné ?"
    De quel corps s'agit-il ?
    Et si elle lui avait écrit ?
    Et si cette chambre d'hôtel était une chambre mortuaire ?
    L'eau continue de monter
    clapote aux pieds du voyageur qui allume une cigarette en maudissant ce geste ainsi que tous ceux qu'il a accomplis durant sa vie sa vie d'automate sans tronc
    car cet homme n'a qu'une tête deux pieds deux mains reliés entre eux par du fil de fer
    et la femme qu'il aime et qui vient de lui apparaître à l'autre bout de la terre ne lui a pas écrit.

    Vital Bender


    votre commentaire
  • Dans la tête du promeneur du promeneur égaré qui longe une écluse morte sous la pluie
    une heure vient de sonner
    l'heure de tous les crimes de tous les abandons.
    Il se baisse saisit une pierre et la jette dans l'eau noire
    répète le même geste jusqu'à ce que la tête lui tourne
    et se repère :
    un halo blafard
    un arbre isolé
    le martèlement d'une idée fixe en bordure de sa boîte crânienne
    les mots qu'il a prononcés hier et qu'il regrette déjà
    ce qu'il a éprouvé en caressant pour la première fois le corps moite d'une putain.
    L'eau du canal
    la pluie
    la glu
    les glaires
    (il faut bien vivre...)
    son cerveau avec son éternelle tumeur en devenir
    qui finira bien par s'étendre au monde entier.
    Le promeneur s'esclaffe
    et tousse
    crache dans un buisson.
    La pluie a effacé toute trace de son rêve sur le canal
    au-delà duquel le paysage se perd dans un chaos d'ombres laiteuses
    et de faciès de cendre
    dont le sien
    qu'il entrevoit par intermittence
    entre des formes de nez et de bouches
    d'yeux dissociés du reste du visage
    et de la pluie
    qui s'arrête là
    de l'autre côté du canal
    qui ne court pas plus loin
    plus loin c'est déjà son rêve
    c'est déjà son crime
    dont une muraille liquide lui renvoie de temps à autre un reflet.
    Le promeneur s'agite
    - qu'a-t-il ? -
    il voudrait prier
    quitte la berge
    - il devient fou -
    dévale le talus jusqu'au canal
    se jette à l'eau
    pour rejoindre son rêve
    une bouche un oeil
    une narine
    à demi effacée
    un trou noir :
    s'y engouffre avec une détermination qui le surprend
    se promène à l'intérieur de son crâne
    ressort par l'autre narine...
    Il a vieilli.
    Sa femme est morte d'un cancer généralisé (croit-il) :
    caresse une dernière fois son corps sous la terre
    son corps de sirène ou de squale
    son corps laineux.
    Jette une pierre dans l'onde invisible mais la pierre se dissout entre ses doigts (regrets et fumée)...

    Vital Bender


    votre commentaire
  • Un homme court le long d'une berge ou sur un pont
    sur des débris de fleurs ou sur des gravats
    sur des tessons de bouteilles
    un homme piétine un autre homme qui le regarde fixement sans sourciller
    et sans comprendre :
    il tient dans une main un pinceau
    dans l'autre une éponge humide
    qu'il se met à sucer
    puis il suce le pinceau
    respirant avec peine
    (le poids d'un homme
    l'empreinte de ses bottes
    sur sa poitrine...)
    il ne lui en veut pas
    il voudrait simplement peindre sur son éponge un homme piétinant un autre homme sur un tapis de fleurs ou sur un pont (qui finira bien par s'écrouler)
    il n'a pas peur (pas encore)
    L'autre continue de lui rebondir sur la figure
    sur le ventre
    sur les parties génitales
    (deux omelettes baveuses sur une assiette)
    continue de ne rien voir
    de ne rien sentir
    finit par éjaculer dans la bouche de l'homme
    au moment où un oiseau (une araignée un rayon) se poste sur son membre (froissement de papier).
    Le pont s'écroule.
    L'oiseau s'envole.
    La lumière est blanche comme la face interne d'un coquelicot (ou d'un noyé).
    Le pré voisin est tout couvert d'hosties recrachées.
    Une charrette traverse le ciel avec un sifflement caverneux.
    Qui a mutilé ce corps d'enfant de Dieu sur la place publique ?
    Quel spectre a surgi joyeux du placard
    où le poète rangeait son athanor et ses raisons
    de vivre et ses réalités sous-jacentes
    à l'abri de la poussière des jours et des inhibitions ?
    Le poète qui ne croit plus à son existence factice sous les feuilles...
    Mais la comédie a assez duré.
    L'azur rend fou:
    La poésie n'est qu'une projection d'atomes pilés dans le brouillard
    dans l'immense dans l'irréversible
    dysfonctionnement des artères
    etc...

    Vital Bender


    votre commentaire
  • Quelle mosaïque en toi
    que tu ignores
    toi qui martèles des lames de rasoir de tes poings crispés
    en croyant faire de la musique ?
    Et tu comptes les wagons des trains qui passent derrière la vitre crasseuse que tu voudrais traverser d'un seul cri pour te perdre sous des frondaisons vaporeuses.
    Ha ! ha ! ha ! pitié oh pitié pour ces enfants asymétriques que tu vois poindre à l'horizon réduit à ce carreau dont l'opacité te poursuit jusque dans ton sommeil...
    Pitié pour ces pianos fermés que tu ne regardes même plus
    pour les maternités enfouies sous les pierre poreuses comme la mort
    pour les symphonies clouées au sol à deux pas des oiseaux.
    Pour la calcification des heures et de la pensée...

    Vital Bender


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique