• corpus dei

    En feuilletant mon carnet d'autrefois je suis tombé sur une phrase qui fit référence à la discussion que quelques amis et moi avons partagée hier soir. Au gré des sujets nous sommes tombés sur ce coup de filet récent des membres d'un réseau pédophile. Je n'ai pas bien suivi l'affaire mais ce n'était point là l'important.

    Bien sûr quand on parle pédophilie ce sont toujours les mêmes dégoûts qui renaissent, le mêmes révoltes qui s'ébranlent. Et cette incompréhension générale. (Qui ne serait jamais contestée en public car comme toutes les déviances, la pédophilie se vit dans le secret des coeurs...)

    Mais quel est-il ce coeur rongé par ce désir inadmissible ? Comment ce désir peut-il petit à petit faire son nid là, dans l'intimité de l'être humain ? Et devenir si fort pour qu'on cherche à le satisfaire... Pour qu'on ne puisse s'empêcher de le satisfaire...

    Et quel combat pour la victime de ce désir ! Car je ne peux pas m'imaginer qu'elle ne s'en défend pas. Et le combat doit être titanesque. Heureusement que vous m'avez arrêté, moi-même je n'en étais pas capable avait dit le "sadique de Romont".

    Face à de telles phrases, je crois que nous pouvons nous estimer heureux d'avoir des maladies admises. D'avoir le désir conforme. Car si évidemment ceci est intolérable et bien davantage que la souffrance de la personne qui passe à l'acte, je n'aimerais pas avoir à mener cette lutte interne là. Comme le dit mon carnet d'autrefois :

    Le corps a ses pulsions que la raison ne raisonne point.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 27 Juin 2007 à 12:19
    se laver sur un blogg...
    Amen!! C'est vrai, en connaissant un peu l'oiseau Libou, dont l'esprit d'enfant de paroisse se retrouve parfois voilé par de fortes pulsions, je dois bien reconnaître qu'il n'est point atteint par ces vues enfantines, heureusement. Mais tout ceci, mon petit Libou ne te lave pas pour autant de ces regards parfois insistant sur la gente féminine dont tu as su être l'auteur accompli! petit cochon va! :-)
    2
    Mercredi 27 Juin 2007 à 16:33
    esprit d'enfant de paroisse
    C'est vrai, je me confesse. Je suis un pécheur impénitent. Et si les images pieuses d'un Valais conformiste n'avaient pas freiné ma vraie nature je me demande jusqu'où le feu de mon zizi m'aurait conduit. Grâce à Dieu il n'est pas trop tard. Gare à tes fesses Urfiste !
    3
    Mercredi 27 Juin 2007 à 18:11
    Petit cochon deviendra grand
    C'est un blog interdit au mineur ? Et réservé aux mecs, aux vrais, c'est ça ? ;-)
    4
    Jeudi 28 Juin 2007 à 01:44
    63
    C'est la femme en moi qui écris. Mais il est vrai que j'encouragerais plutôt l'effort inverse de la part de mes lectrices... ;-)
    5
    Jeudi 28 Juin 2007 à 17:34
    Virilité
    Faut se laisser pousser la barbe alors ;-)
    6
    Jeudi 28 Juin 2007 à 22:50
    64
    ou tondre la pelouse...
    7
    Ongles rongés
    Vendredi 29 Juin 2007 à 15:12
    Vicelard et lâcheur...
    Il en pleurerait même sur les pauvres en rut... Quelle bonté, l'animal. Faut dire qu'il a appris à "ne pas juger". Heureusement, lui, ce sont les biches qui l'émeuvent. Chance.
    8
    Samedi 30 Juin 2007 à 19:14
    Eh oui...
    Mais c'est qu'en pleurant sur les pauvres en rut c'est sur moi que je pleure.
    9
    Ongles rongés
    Lundi 2 Juillet 2007 à 15:21
    Exutoire possible
    Il suffirait pourtant de quelques crevettes patiemment décortiquées pour apaiser ce mal... Doigts reniflés ensuite, chair alors apaisée... Mais non! On préfère la compassion catho pour la viande de porc! Ah ! Quand donc viendra le temps du végétarisme?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :